CREATIONS

_____________________________________________________________

  • POUR CONNAITRE DATES & LIEUX, RENDEZ-VOUS A LA PAGE

AGENDA

2018
Octobre           

« Variation bleue pour une maison blanche » est une création musicale ayant pour sujet la « Maison Blanche », musée situé sur les hauteurs de la ville de La Chaux-de-Fonds, commandée par l’Association du même nom, responsable de la gestion de cette maison d’habitation construite par Charles Edouard, futur Le Corbusier, pour ses parents en 1912. Cette maison, en effet toute blanche est, aujourd’hui, visitée par un nombreux public.

Ma composition est une œuvre électroacoustique, consistant à plonger l’auditeur dans les sons diffusés par des haut-parleurs : dans laquelle interviennent des voix, des musiques qui soulignent la dramaturgie de cette pièce. Elle évoque, non seulement, Georges Edouard et Marie Jeanneret-Perret, parents Charles Edouard et d’Albert, mais également d’autres personnalités ayant rencontré ou travaillé avec Le Corbusier, que ce soit des architectes, des musiciens tels que Iannis Xenakis, Oscar Niemeyer, etc. En effet, se « cantonner » uniquement autour de l’objet « Maison Blanche », de sa construction, évoquer les nombreuses difficultés que les parents ont rencontrées concernant l’entretien de cette maison « trop grande », ne me paraissait pas suffisant. En effet, la « Maison Blanche », première réalisation de Charles Edouard annonce l’architecture moderniste de son auteur.

Pour la réalisation de cette composition, je me suis inspirée – librement – de la « Chronique de la Maison Blanche d’après le Journal de Georges Edouard Jeanneret-Perret », publiée par Sylvie Béguelin et parue dans la Revue historique neuchâteloise, en 1998. De plus, j’ai souhaité intégrer dans cette création une dimension visuelle et j’ai donc sollicité la collaboration d’une artiste vidéaste, habitant de La Chaux-de-Fonds.

Parlant des musiciens, il y eut évidemment le frère de Le Corbusier, Albert, Iannis Xenakis, architecte, ingénieur et musicien, qui travailla avec Le Corbusier durant 10 ans. Ce dernier composa, entre autres, la musique « Concret PH », conçue pour le Pavillon Philips de l’Exposition universelle de Bruxelles de 1958 et qui fut jouée entre deux représentations du « Poème électronique » d’Egard Varèse.

« Variation bleue pour une maison blanche » sera diffusée sur les lieux même où les frères Jeanneret ont vécu, le samedi 27 octobre, 19h.00. Pour rappel : il est indispensable de réserver (voir page AGENDA).

Juin
Concert collectif

Petite création à l’occasion du concert qui sera donné le 7 juin à la Brasserie « La Meute »….qui aura pour titre… « La Meute » !! Cette pièce, d’environ 35 min, comportera deux parties électroniques et sons produits avec le « Kaoss Pad » et, l’autre partie, sera électronique avec  saxophone légèrement modifié. Une ambiance calme, parfois chaotique résume assez bien cette composition.

Participeront également à ce concert collectif trois autres groupes  : Anna & Léon, Nathan Jucker et Stéphane Mercier, aka « Size ».

 

Anaïs – boue Islande

2017
Janvier
C’est sous une forme différente et en Live,  que cette oeuvre a été diffusée au LAC (Laboratoire autogéré de Création, à La Chaux-de-Fonds (CH).

Techniques d’interrogatoires renforcées, vol. 1 et 2.

En 2016, composition d’une première version,  qui a été proposée, ensuite, à deux autres artistes (un danseur contemporain et un rappeur) leur proposant de s’en approprier, de la transformer, bref, d’en faire leur « chose » et, libre à eux de choisir le moment pour en faire une nouvelle création. La première version de cette oeuvre (« Techniques d’interrogatoires renforcées – 1 » – 2016) s’est inspirée, de la publication en français, du rapport de la Commission sénatoriale américaine, parue en 2015 sous le titre de « La CIA et la torture » (Ed. Les Arènes). Pour ce faire, Lase Tupe et Ana Göldin ont prêté leur voix pour illustrer cette composition électroacoustique.

Alors, pourquoi en reparler des mois plus tard ? Il est vrai que l’on pourrait continuer comme ça tout du long des 500 pages de cet ouvrage et faire un « work in progress », qui pourrait durer des années, mais est-ce bien utile ? Le contenu de ces deux versions est déjà suffisamment parlant !

Pour cette seconde version, (« Techniques d’interrogatoires renforcées – 2 – 2017″) la motivation de re-composer une oeuvre remaniée, a été la récente publication d’une bande dessinée (Ed Delcourt, « Rapport sur la Torture : les agissements de la CIA en Irak », 2017). L’ ouvrage, qui s’est également inspiré du rapport déjà cité,  démontre que ce sujet reste toujours d’actualité. Pour cette version, Ana Göldin, seule, a prêté sa voix. J’ai souhaité, mettre en évidence, les 20 points illustrant les agissements de la CIA que la Commission sénatoriale a pointé durant son enquête. Dans la postface de cette bande dessinée, Scott Horton invite le lecteur « …à la découverte du scandale le plus embarrassant de toute l’histoire de l’espionnage des Etats-Unis ».

Vous découvrirez ces deux volumes de « Techniques d’interrogatoires renforcées-1 et  en vous rendant à la page MUSIQUE de ce site.

2016
Octobre 
Participation aux journées portes ouvertes d’atelier d’artistes et d’artisans.

Est-ce que ça vous convient le bruit qui est dans ma tête ?

Nous passons des milliers de fois par les mêmes lieux, sans leur prêter la moindre attention. Nous n’écoutons plus, mais entendons : l’oreille est pourtant aussi conçue pour une écoute de qualité de notre environnement quotidien.

Ecouter notre ville, oui mais comment ? C’est la démarche de cette pièce  AGORA. Pourquoi cette ville-ci (La Chaux-de-Fonds/CH), pourquoi plutôt que cette autre ? C’est un lieu de vie, le mien. L’oeuvre est une invitation à un voyage sonore à travers ce lieu. Dans le cadre des Journées Portes ouvertes des ateliers d’artistes et d’artisans, un train « touristique » qui, habituellement transporte des visiteurs pour leur faire découvrir les curiosités de la ville, deviendra pour un après-midi un moyen musical. A l’opposé d’une description historique ou architecturale du parcours c’est l’image sonore de différents lieux : bistrots, gare, lieux de rencontres, de brefs interviews d’artistes et artisans….qui est proposée.

Se laisser surprendre et découvrir que les sons « habituels » et inintéressants peuvent soudainement devenir inhabituels et intéressants, grâce à une écoute que l’on pourrait dire de qualité.

Par ailleurs cette oeuvre sera diffusée, en création sous la forme de « concert », au Théâtre de l’ABC, le 22 novembre, à 19h.00. 

Bon pied bon art est une association qui réunit artistes et artisans de La Chaux-de-Fonds et des environs et qui est l’organisateur de ce week-end : www.bonpiedbonart.ch.

2015
Octobre / Novembre
Participation au week-end Portes ouvertes d’ateliers d’artistes et d’artisans, La Chaux-de-Fonds

Un atelier – à mon domicile – de musique électroacoustique : kesako ? Je résume : on prend un son concret que l’on malaxe et transforme à l’aide d’un ordinateur ou d’une machinette, puis on le multiplie pour créer un objet musical. J’ai invité pour ce week-end Ana Göldin, vidéaste, qui projette des images et Lase Tupe, qui pose une installation bien curieuse. Je propose un petit salon d’écoute – au moyen de casques – où les visiteurs pourront écouter quelques pièces sonores de ma composition. Pour clore ce week-end, nous ferons un petit concert/lecture, le dimanche 1er novembre. Ana Göldin lit quelques extraits du livre de Roland Topor (1938-1997), les « Mémoires d’un vieux con » (Ed Balland, 1975 et 1984). Humour noir garanti. Accompagnée musicalement par Anaïs et Lase Tupe.

Bon pied bon art est une association qui réunit artistes et artisans de La Chaux-de-Fonds et des environs et qui est l’organisateur de ce week-end :  www.bonpiedbonart.ch.

Août    Festival  Les Digitales  

« TRACES » en deux parties : Ce projet a subi de nombreux changements depuis sa  création et sa diffusion, au « Café de l’Entre Deux », le 27 février à La Chaux-de-Fonds. Nous avons recomposé cette dernière une version totalement différente. Autant le tout premier projet, celui du mois de février, est une oeuvre électroacoustique  « pure », autant la présente version, qui comporte deux parties, est un mélange de « sampling et d’électroacoustique ». Cette nouvelle création a été diffusée, le 22 août dernier lors du Festival Les Digitales à Porrentruy : la 1ère partie, plus électroacoustique, dans laquelle s’immiscent les effets crées par de Lase Tupe. Quant à la 2ème partie, ce sont les improvisations d’Anaïs, au saxophone ténor, qui s’immiscent dans les « samples » de Lase Tube.

Une oeuvre plus turbulente dans laquelle – de part et d’autre – l’improvisation a tenu un rôle important.

1ère partie Anaïs, électroacoustique et saxophone ténor (dans la 2ème partie)
2ème partie Lase Tupe, sampling et effets (dans les deux parties).

2014
Août     Galerie La Locomotive, La Chaux-de-Fonds

« AUTOUR DU BRUIT »  est une performance en collaboration avec Ana Göldin, Sylvia Pellegrino et Pierre Yves Diacon, danseurs. Reprise de « Générer de la poussière » (voir sous 2013, du 3 au 8 septembre, ci-dessous, pour plus d’informations).

Août     Festival Les Digitales

BRUIT(S) ….des autres est juxtaposition de bruits divers dont nous sommes entourés quotidiennement, bruit de voix, de moteurs, de musique d’ici et d’ailleurs dans lesquels se mêlent, bien sûr des éléments électroacoustiques. C’est une création pour le Festival « Les Digitales », festival itinérant qui s’arrête cette année encore à Porrentruy.

Juin    dans la rue, La Chaux-de-Fonds – Fête de la Musique

« EINE BRISE » avec la participation de près de 80 cyclistes. La pièce s’inspire de la performance créée par Mauricio Kagel, en 1996. En préambule, les participants reçoivent les instructions indiquées par un comédien et se préparent à partir pour faire la performance, le jour de la Fête de la Musique le 21 juin. Cette performance, d’une durée de quelques minutes, a été initiée par les Concerts de musique contemporaine (CMC).

Février     Musée des Beaux-Arts, Le Locle – Dialogues

Le plastique, c’est fantastique est une allégorie sonore, issue de la performance produite à l’occasion des 15 ans de l’Association des CMC (Concerts de Musique Contemporaine) au Musée des Beaux Arts de….. La Chaux-de-Fonds, les 19 et 20 mai 2012. Cette œuvre a été intégrée dans un projet intitulé Dialogues auquel ont participé Félicie Bazelaire (contrebassiste) et Julie Chapuis, compositrice de Remembers for now. Ce projet a été intégré dans la saison 2013/2014 des CMC qui l’ont réalisé en collaboration avec le Musée des Beaux Arts du Locle.

La capture des sons pour la réalisation de Le plastique, c’est fantastique, bruits de voix, de chants, de machines diverses construites, par des plasticiens/sculpteurs de la région, a été effectuée sur lieu même du Musée. En partant de ce « matériel » sonore, l’idée de réaliser une composition, à l’occasion de la réouverture du Musée des Beaux-Arts du Locle, s’est imposée. Les «personnages» quittent donc, à leur insu, le Musée des Beaux Arts de La Chaux-de-Fonds, pour intégrer – son homonyme – situé au Locle. Une histoire, où s’entrelacent, musique des années quatre-vingts, visiteurs de Musée – bruyants – et sons électroniques. Le tout dans une grande euphorie !

Félicie Bazelaire, invitée des CMC, interprétait des oeuvres de Pierre Borel – 1234 – et Fluxus et d’inspiration Fluxus pour contrebasse solo.

2013 
Septembre     Temple Allemand, La Chaux-de-Fonds

« LE BRUIT DES CHOSES QUI SE CASSENT No 2» : Générer  de la poussière
Chorégraphes : Sylvia Pellegrino et Pierre-Yves Diacon
Illustration sonore : Anaïs

Deuxième pièce d’une série évolutive, Le bruit des choses qui se cassent No 2 décline la relation entre environnement sonore et action scénique. Actionnée par les danseurs, une machine génère débris, sons et poussière. La mécanique avale, dégrade et transforme le monde autour d’elle. Il en résulte une cosmologie scénique faite d’instantanés sonores, de corps en mouvement et d’amoncellements.

2012
Août    Festival Les Digitales, parc Denantou, Lausanne

MON REVE, C’EST D’AVOIR UNE MACHINE A REMONTER LE TEMPS un rêve, aussi bien des enfants que des adultes, qui laisse une grande liberté d’imagination pour chacun. 
NOTES D’APOCALYPSE  
une réflexion sur la catastrophe de Fukushima sur laquelle il n’est point nécessaire de s’étendre, n’est-ce pas !

2011
Août    Festival Les Digitales, Porrentruy

« DIGITALES TALES » (son) et « PERMANENT TRANSITION » (vidéo). Nous avons appelé l’ensemble de ce projet OSNI (Objet sonore non identifié). C’est  une installation son-vidéo. Les images ont été tournées en « live » à Muriaux, au domicile du sculpteur Oscar Wiggli, ainsi que dans le parc du Pré-de-l’Etang, à Porrentruy, par Ana Göldin. Nous étions installées dans un kiosque à musique et les images tournées dans la journée ont été projetées sur un écran tendu entre deux arbres. Nous souhaitions une installation plutôt intime, accessible à quelque personnes à la fois sorte de miroir : l’infiniment petit par rapport à l’infiniment plus grand qu’est ce Festival des Digitales de plein air.

La musique de DIGITALES TALES accompagnait, en boucle, cette vidéo. L’album est composé de plusieurs pièces, purement électronique, invitant à une écoute plus intimiste.

Septembre    Temple Allemand, La Chaux-de-Fonds

NOISES FOR…ABC, TA, YC & CO,  commande du Centre de culture – ABC pour un projet, Musiques en chantier.

Lorsque le Centre de culture ABC m’a demandé de « prendre des sons » du chantier, à peine commencé, autour du Temple Allemand et d’en faire une pièce électroacoustique, je me disais : Ben, mon vieux, le chant des pelleteuses et autres bétonneuses, ça va être d’un romantique …. ! Mais, le projet me plut.

  •  Vous venez mesurer le nombre de décibels ? me lança un ouvrier présent sur le chantier.
  • Non, non….pas du tout…même, que je trouve qu’il n’y a pas assez de bruits !!

Ainsi naît  Noises for…...  C’est une histoire, à la fois d’intérieur et d’extérieur. L’auditeur est conduit vers un bruit fort – celui de l’extérieur – vers un autre, quasi murmuré – celui de l’intérieur. Au cours de sa « promenade sonore », il entre au Temple Allemand, transformé momentanément en bar, participe aux conversations, aux rires, propres à ce genre de lieu. Il reste silencieux et attentif aux paroles échangées lors d’une répétition d’un ballet. Quand il ressort, il est à nouveau happé par le bruit extérieur….  Cette création a été diffusée à l’occasion de la fin des travaux, le 10 septembre 2009 au Temple Allemand. Ce temple désaffecté depuis de nombreuses années est devenu un autre lieu de culture de La Chaux-de-Fonds.

2010
Septembre / Octobre    Exposition DECOB, La Chaux-de-Fonds

POUBELLE RECORD’S  est une compilation de sons divers d’une durée de deux minutes et diffusée lors de l’exposition d’objets de récupération intitulée Decob et qui a eu lieu à la Galerie de La Locomotive, à La Chaux-de-Fonds.

Septembre    Festival Eternal Tour

L’HORLOGER DU VAL….  diffusion pour radio « E.T.fm », Môtiers , et par la Radio Suisse Romande, Espace 2, Lausanne (le 8 novembre).

En juillet 2009, les responsables de la radio – E.T.fm – radio créée spécialement à l’occasion du Festival Eternal Tour qui a eu lieu du 3 au 13.9.  Ils me demandèrent de réaliser un « Hörspiel » à partir d’interviews qu’ils venaient de réaliser auprès de deux entrepreneurs horlogers exerçant dans le Val de Travers, sous le titre de  Quand on est né quelque part. L’Atelier Kari Voutilainen, à Môtiers et la Manufacture Parmigiani Fleurier SA, à Fleurier, en sont les protagonistes.

La forme du « Hörspiel » s’est naturellement imposée à L’horloger du Val… Les voix des deux protagonistes – parfois un peu détournés de leur contexte – sont encadrées, submergées par des sons de machines, d’objets enregistrés, persistants, comme s’ils tenaient démontrer la vie laborieuse d’une grande industrie horlogère. Il en est rien, car on devine, à travers les « dialogues » des personnages (eux, bien réels !) qu’il s’agit d’entreprises horlogères de taille moyenne, tournées vers la fabrication de montres de luxe ou de la restauration. L’Horloger du Val… a été diffusé par la Radio « E.T. fm » du Festival Eternal Tour à deux reprises, les 6 et 10 septembre 2009 et, pour la première fois par la Radio Suisse Romande – Espace 2, le 8 novembre 2009.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *